Le classement des 50 entreprises les plus admirées des Français JDD-IFOP-EIGHT ADVISORY

27 octobre 2020

‹ Retour aux communiqués de presse

Le Journal du Dimanche publie ce jour, en partenariat avec le cabinet de conseil Eight Advisory et l’IFOP : Le classement des 50 entreprises les plus admirées des Français JDD-IFOP-EIGHT ADVISORY

Pour Le Journal du Dimanche et Eight Advisory, l’Ifop a interrogé 3000 Français et leur a demandé de classer les entreprises suivant plusieurs critères : la responsabilité environnementale, la capacité à créer des emplois, à améliorer directement leur quotidien, à donner une bonne image de la France, à innover et à donner envie d’y travailler.

Les principaux enseignements de l’étude

La crise sanitaire n’a pas d’incidence majeure sur les critères d’évaluation privilégiés par les Français.

L’impact sur l’économie française reste le premier critère retenu ; l’implication en matière environnementale et la capacité à donner une image de la France sont les deux critères les moins importants aux yeux des Français.

Le critère sur lequel les Français se montrent les plus positifs est celui de la capacité à donner une bonne image de la France, avec une note moyenne de 10,45/20. Ils se montrent nettement plus sévères sur celui de l’implication environnementale pour lequel la note moyenne n’atteint que 8,66/20.

Décathlon reste l’entreprise préférée des Français ; Véolia, Leclerc, SFR, Total et EDF enregistrent d’importantes progressions.

Boulanger fait la plus belle entrée dans le classement : non testée en 2019, cette enseigne se hisse à la 20ème position du classement en 2020.

Malgré l’apparente stabilité du classement général, certaines entreprises font un bond très important, c’est le cas de Véolia qui observe la plus forte hausse : +11 places, mais aussi de Leclerc (+8), de SFR (+7), ou de Total (+7).

EDF, qui gagne également 7 places, fait son entrée sur le podium, à la troisième position.

Les grands distributeurs, les entreprises publiques et les grands constructeurs automobiles se maintiennent à des niveaux élevés.

Bénéficiant du contexte post-confinement durant lequel leurs salariés ont été en première ligne, les grands distributeurs conservent ou confortent leur bonne position dans le classement général. Leclerc se hisse à la 4ème place (+8 places), Leroy Merlin atteint le top 5 du classement (+ 6), confirmant la tendance générale de la bonne appréciation des enseignes de proximité, proches de la vie quotidienne des Français.

Les entreprises publiques font également preuve d’une bonne résistance (SNCF, -1 place) voire de progressions : EDF (+7), La Poste (+4). Ces belles performances témoignent de la reconnaissance des Français envers leurs missions de service public, d’autant plus nécessaires en temps de crise.

Les grands constructeurs automobiles sont encore tous les trois présents dans le top 10. Si Peugeot conserve sa place sur le podium, Renault et Citroën perdent respectivement 3 et 5 points dans le classement général, relégués à la 6ème et à la 9ème place.

Les grandes marques de luxe et de cosmétiques sont pénalisées par leurs faibles notes sur les critères environnementaux.

Yves-Rocher fait figure d’exception, en occupant la première place du classement sur le critère d’implication environnementale, elle n’abandonne qu’une seule place au classement général et demeure dans le top 10 (à la 7ème position). Ces entreprises sont en revanche toutes particulièrement bien notées sur leur capacité à donner une bonne image de la France, Chanel et Christian Dior occupent d’ailleurs le haut du podium sur ce critère.

Les entreprises du secteur aéronautique accusent le coup des restrictions des voyages.

Airbus, qui était en 5ème position lors de la précédente édition de l’enquête passe à la 10ème place. Air France fait une chute de 12 points passant à la 27ème place tandis qu’Aéroport de Paris (ADP) enregistre la plus forte chute du classement (- 19 places à la 46ème position).

« Dans le contexte actuel, les Français interrogés ont mis en avant l’impact sur l’emploi et la capacité à améliorer leur quotidien pour établir leur classement des entreprises préférées. Ils ont aussi et c’est nouveau mis l’accent sur les entreprises ayant joué un rôle positif pendant le confinement (distribution, Secteur public) ou qui les ont accompagnés dans le retour à plus de liberté de mouvement (constructeurs automobiles notamment). »

Pascal Raidron, Président fondateur Eight Advisory

La méthodologie IFOP

Une évaluation exhaustive du rapport à l’entreprise : Le palmarès général des entreprises françaises les plus admirées est issu de 6 classements différents établis à partir d’une évaluation de 6 critères d’appréciation d’une entreprise française : la capacité à créer des emplois, à améliorer directement le quotidien, à donner une bonne image de la France, à innover, à donner envie d’y travailler et la responsabilité environnementale.

Un classement transparent et « participatif » : Le poids respectif de chacune de ces dimensions dans le palmarès général est déterminé par les interviewés eux-mêmes. Il leur est en effet demandé de classer les 6 dimensions en fonction du rôle qu’elles jouent dans leur appréciation d’une entreprise française.